Articles à la une »

28 juin 2019 – 16 h 48 min |

Iran/Etats-Unis 1979 : Falstaff chez Khomeini de John Graves, otage
Iran/Etats-Unis 1979. Des étudiants islamistes retiennent en otage des personnels de l’Ambassade des Etats-Unis à Téhéran. La nouvelle fait le tour du monde en quelques secondes …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Archives par Tags

Articles taggés avec: Sony Labou Tansi

La vie et demie de Sony Labou Tansi

21 mai 2015 – 7 h 43 min |
la vie et demie Sony LabouTansi Seuil

Encore un ouvrage qui m’est tombé dans les bras : je viens de relire « La vie et demie », ce premier roman de Sony Labou Tansi publié en 1979 à 32 ans et j’en sors époustouflée par ce qu’il vomit et fait vomir au lecteur. ..De spasme en spasme, il nous conduit dans les tréfonds humains et historique de cet univers que les surréalistes ne renieraient pas…Paradoxal, ce récit d’ogres, cette satire féroce d’un mode cruel à l’extrême nous enrage d’une bout à l’autre, nous laisse extenué à la fin certes, mais aussi apaisé sous l’effet curateurs des lianes des Pygmées, une fois les pages refermées.