De la difficulté à prendre un CMS en mains

L'air du temps

Pas facile à manier, le CMS !

Pas facile à manier le CMS, censé permettre de faire un blog les doigts dans le nez  ou une boutique en ligne en sifflant en l’air…On pourrait croire que c’est mâché, tout cuit, « fastoche ». Ils  ont été crées pour ceux qui veulent jouer à l’éditeur en ne connaissant rien du métier, c’est tout dire ! Et bien, ce n’est pas vrai, le CMS  n’est pas un outil facile, son utilisation n’a rien d’un jeu d’enfant !

La prise en main d'un CMS  est un casse tête
Un véritable casse-tête

Tout est barbare dans ce système pré-fabriqué. D’abord le terme : CMS. En français, cela  signifie Système de Gestion de Contenu  –avec des majuscules, ben oui!-.  Ensuite le fonctionnement…diabolique au début. En principe, l’on a toute l’aide voulue en allant sur LE FAQ (masculin ? Oui, en tous cas souvent vu dans ce genre-là), LA foire aux questions qui porte bien son nom de foire, ou sur les forums (avec un « s ») où, entre le langage très technique de ceux qui en savant plus que tout le monde et le charabia de celui qui, comme moi, cherchent à faire entendre leur difficulté,  il y a largement la place et le temps pour des noyades de cervelles.

Cela dit, il n’y a pas d’autre solution car il n’existe pas de SAV (service après-vente) du fournisseur de CMS qui pourtant ne sont jamais totalement gratuits.  Il faut souvent acheter des pièces annexes – logiciels, branchements et autre plugin ou widgets- pour réaliser telle ou telle manipulation ou opération importante pour l’utilisateur de votre site  et accessoirement pour vous.

Certains s’étonnent d’être obligés d’avoir recours à des professionnels de l’informatique, développeurs notamment. Leurs tarifs font hésiter ; c’est normal, on nous donne un système présumé à la porté de tous, alors pourquoi payer pour se faire aider ?

En fait, je suis sûre que même l’épouse du Président se fait faire son blog – que je n’ai pas visité mais dont l’existence est mondialement connue ; elle ne peut pas avoir le temps de mettre ses mains dans le cambouis, dans ce cambouis-là je veux dire.

Si l’on a connu l’édition papier et les presses, les salles qui sentent l’encre, on sait qu’il est plus facile de mettre un filet de plomb que de choisir la justification d’un article sur CMS, où sans doute on emploie un autre terme  pour cette pratique.
Ah! direz-vous, ces notions de présentation et d’édition sont obsolètes. Soit !  N’empêche que l’on fait encore de belles mises en page, des beaux livres -et même « cousus main » comme ceux de Juliana Gomez .

J’aime bien m’abandonner au plaisir du caractère harmonieux flattant l’œil, du précieux papier caressant au toucher, de la reliure exhalant son parfum sui generis et des mots et les images « dans tous les états ». ¡ Se me embaile el corazon !

J’aime bien m’abandonner au plaisir du caractère harmonieux flattant l’œil, du précieux papier caressant au toucher, de la reliure exhalant son parfum sui generis et des mots et les images « dans tous les états ». ¡ Se me embaile el corazon !

Un détail au passage : CMS est plus chic que SGC mais cela veut dire la même chose en anglais : Content Managment System.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *