Lu de-ma bibliothèque »

16 août 2017 – 16 h 38 min |

Vite ! à Montolieu (Aude) ! « Manifestement singulier », Pierre Bettencourt ! Et « L’Internationale des Visionnaires », ou les sens cachés de la représentation humaine dans les collections Cérès Franco et Daniel Cordier.
Deux expositions que je recommande …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Archives par Tags

Articles taggés avec: roman inédit de Mireille Durand

Pas réintégré mon corps presqu’insalubre (Loi du silence 13)

18 juin 2012 – 12 h 37 min |

Les troubles divers se manifestent de façon régulière, familière mais quand même imprévisible quant à savoir qui et quand viendra s’installer dans mon corps. Je ne l’ai pas encore réintégré malgré travail psy, il faut dire qu’il est presqu’ insalubre, je ne peux pas le remettre en état par simple opération du Saint Esprit, ni sans moyens externes….Quand les médecins ont en face d’eux quelqu’un qui n’est pas un mouton, qui peut réfléchir, poser des questions qui sèment le doute, ils n’ont qu’une réaction : l’éliminer par une conspiration du silence, le rendre fou pour se protéger eux-mêmes contre toute remise en cause de leur « savoir » figé sur lequel ils ont fixé au ciment leurs larges fesses.
Incroyable que l’on nie à ce point l’essence de la vie, à savoir la mort.
Avant d’être totalement légumesque, il faudra que je prépare bien tout, tout avant d’être tombée dans cet état. Voir lois Pays-Bas. Ici c’est fou dès quel’on envisage sa propre mort l’on passe pour un malade mental, comme si la vie ce n’était pas seulement la mort. Le reste : une parenthèse avec plus ou moins de bonheurs pour les plus chanceux des humains (et les moins nombreux) ou avec ses malheurs pour le plus grand nombre.
TRES IMPORTANT LISTE DES CHOSES A FAIRE AVANT MOURIR, QUE JE NE POURRAI PAS FAIRE ET DONT JE DOIS ARRIVER A FAIRE VITE LE DEUIL…

Le tissu mité va lâcher (La loi du silence 11)

17 mars 2012 – 6 h 11 min |

Me bats pour tenter d’avoir une aide pour pouvoir survivre le temps que le diagnostic soit enfin fixé et que je puisse agir. C’est toujours et partout des petits trucs, moi j’ai l’impression que le tissu se détend ou craquelle par endroits comme mité et qu’un jour ça va lâcher d’un coup, mais pour moi ce sera trop tard ; pour les médecins ce sera sans importance; sauf mon généraliste qui n’en peut plus et se dit impuissant.
Me bouge comme une folle pour le boulot ; trouvent tous que c’est un bon projet mais je commence à ne plus y croire.
Il faudrait que j’avance mon bouquin mais écrire demande une grande tranquillité matérielle, pas de bruit, de quoi manger régulièrement, pas d’horaire quelconque à respecter…Too much en ce moment !
RMI : 357 Euros, pas plus car possède mon appart et le Préfet (qui décide, lui à qui on paie même le coton démaquillant de sa femme !) présuppose que les travailleurs indépendants non indemnisés ont des ressources cachées.
Hostos hostos, c’est mon occupation principale de la semaine; et cela commence à faire des mois. Pourquoi n’avance-t-on pas ? Je suis prête à n’importe quoi pour qu’on me dise ce que je couve.