Articles à la une »

19 mai 2018 – 8 h 49 min |

Royal wedding Charles et Diana
Juillet 1981 : Royal wedding Charles et Diana
La foule londonienne deux jours avant le royal wedding de Charles et Diana le 29 juillet 1981. Ces photos, à un format très léger, …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Archives par Tags

Articles taggés avec: « les huit mets précieux » du Viet Nam ancien

Départ des enfants et rôti de caïman (Caroline 3)

14 janvier 2012 – 7 h 00 min |
Caroline dessin Mirieille Durand

Hier j’ai expédié les enfants Teddy et Elizabeth par la malle qui les conduira…Où et quand ? Tout le plaisir est dans l’inconnu. Plaisir et possibilités. Dès que l’on sait, l’on borne, et ce n’est plus drôle. C’est curieux, ces deux-là, je ne savais plus que je les avais !…Les émotions, agréables ou douloureuses, ont toujours une résonance sur mon estomac ; du coup, ce matin, je me fais un poulet à la recette du caïman de papa… Dans la famille on n’est pas bégueule et on est bien élevé ; si l’on nous offre un rôti de caïman, on le mange ; même moi qui déteste cela, je ne le montre pas. C’est que l’on apprécie l’hospitalité et la générosité alimentaires, un reste sans doute de générations antérieures à découvrir. Finalement, c’est très bien d’expédier ses enfants quels qu’ils soient et n’importe où : on retrouve le goût de cuisiner.

Caroile In Heureux les orphelins stériles