Lu de-ma bibliothèque »

16 août 2017 – 16 h 38 min |

Vite ! à Montolieu (Aude) ! « Manifestement singulier », Pierre Bettencourt ! Et « L’Internationale des Visionnaires », ou les sens cachés de la représentation humaine dans les collections Cérès Franco et Daniel Cordier.
Deux expositions que je recommande …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Archives par Tags

Articles taggés avec: Les communistes à Marseille

Marseille : Jacqueline Cristofol et Alessi Dell’ Umbria

4 janvier 2012 – 12 h 00 min | 10 Commentaires
Ouvrage sur Jean Cristofol

L’histoire de Marseille est pavée de mauvaises intentions qui expliquent peut-être son déclin lent mais sûr. Dans son Histoire universelle de Marseille, Aléssi dell’ Umbria met au jour les éléments suicidaires… Sa lecture est instructive et pour qui s’intéresse à Marseille : indispensable. Sur les tricotages politiques communistes/socialistes autour de la 2ème guerre mondiale : « Batailles pour Marseille : Jean Cristofol, Gaston Defferre, Raymond Aubrac » par Jacqueline Cristofol. Dense, passionnant, très documenté et référencé, sans concession. Jean Cristofol a disparu de la mémoire de la ville par la grâce de Defferre et du parti communiste par évaporation existentielle (avant la disparition du PC). Aubrac avait également disparu des circuits de la mémoire par la grâce de Defferre, il n’est ressorti de l’ombre collective qu’il y a peu d’années..