Articles à la une »

10 décembre 2017 – 14 h 13 min |

Hello Johnny !
D’où viens-tu Johnny !
D’une poignée de terre ? 
 Hello Johnny ! !l aura fallu attendre le lendemain de ses funérailles pour qu’une radio officielle ne soulève, certes légèrement et à reculons, un coin du …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Archives par Tags

Articles taggés avec: jérôme Carcopino

Henri Focillon dans ses Lettres d’Italie

3 février 2012 – 15 h 53 min |
Lettres d'Italie Henri Focillon

J’avais acheté les Lettres d’Italie d’Henri Focillon (édition Le Cabinet des Lettres 1999) avec un a priori favorable. Sans erreur !… Durant son « voyage en Italie » de 1906 à 1908 à ses parents, de 1907 à 1919 à quelques amis et familiers, à sa mère entre 1922 et 1930….Le lecteur le suit les yeux fermés, Cet homme, cerveau respecté, se bâtit un avenir, affiche ses ambitions, parfois sa « diplomatie », se crée des amitiés…et des inimitiés. Le lecteur se prend à embrasser les réticences d’Henri Focillon pour les uns, ses amitiés pour Jérôme Carcopino, Abel Bonnard ou Jean Hartzfeld et tant d’autres…Cependant, j’ai préféré la partie plus intime, ce qui transparaît de ses relations avec ses parents. Très vivante, très charnelle, elle montre une liberté de ton et une intimité rarement exposées…