Lu de-ma bibliothèque »

28 septembre 2016 – 14 h 37 min |

La dictature de l’algorithme, vade retro Facebook !
  
Cet automne, ma parano saisonnière est revenue ! Mais je vais en guérir, je sais d’où elle vient ! C’est la faute, non pas à Voltaire ni …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Archives par Tags

Articles taggés avec: feuilleton inédit en ligne

Délices (!?) du saucissonnage (Loi du silence 15)

15 juillet 2012 – 6 h 25 min |

Hier j’étais très mal en regardant ce texte plein de fautes et d’inversions ; j’aurais dû le laisser et le copier/coller pour le corriger dessous. C’est vrai que depuis trois jours j’ai des maux de tête non stop, la tête lourde et qui tourne. La formation m’irrite ; entendre parler sans cesse m’est douloureux.
Isa me disait l’autre jour qu’une amie de sa belle-mère avait perdu l’an dernier sa fille 55 ans d’une v MCJ, ici, et que les médecins avaient fait signer à la famille un document lui interdisant de faire mention des causes du décès de leur fille. Dans leur détresse ils ont signé… »Si tu avais une vMCJ tu ne serais pas dans cet état ». Ok mais avant d’être dans cet état on peut avoir des dégradations annonciatrices, non ? et la SEP ? Je leur donne jusqu’à la fin de l’année. Alors, tant pour mes projets professionnels que mon état, il faudra des actions radicales. Pourquoi les médecins attendent-ils que je ne « présente pas bien » ? Ce sera trop tard pour moi. Et ce qui compte c’est MOI quand même– en tous cas pour moi.
Qu’on me dise que je « présente encore bien » me tue et tant que je suis à peu près bien, que je vois et contiens certaines anomalies, je voudrais être entendue.
Le fait d’avoir pris la décision de publier mon journal d’avoir enlevé dates noms et lieux et de le voir prêt à être lu, m’a soulagée psychologiquement. Quand ? comment ? Cela reste à voir.

Pas réintégré mon corps presqu’insalubre (Loi du silence 13)

18 juin 2012 – 12 h 37 min |

Les troubles divers se manifestent de façon régulière, familière mais quand même imprévisible quant à savoir qui et quand viendra s’installer dans mon corps. Je ne l’ai pas encore réintégré malgré travail psy, il faut dire qu’il est presqu’ insalubre, je ne peux pas le remettre en état par simple opération du Saint Esprit, ni sans moyens externes….Quand les médecins ont en face d’eux quelqu’un qui n’est pas un mouton, qui peut réfléchir, poser des questions qui sèment le doute, ils n’ont qu’une réaction : l’éliminer par une conspiration du silence, le rendre fou pour se protéger eux-mêmes contre toute remise en cause de leur « savoir » figé sur lequel ils ont fixé au ciment leurs larges fesses.
Incroyable que l’on nie à ce point l’essence de la vie, à savoir la mort.
Avant d’être totalement légumesque, il faudra que je prépare bien tout, tout avant d’être tombée dans cet état. Voir lois Pays-Bas. Ici c’est fou dès quel’on envisage sa propre mort l’on passe pour un malade mental, comme si la vie ce n’était pas seulement la mort. Le reste : une parenthèse avec plus ou moins de bonheurs pour les plus chanceux des humains (et les moins nombreux) ou avec ses malheurs pour le plus grand nombre.
TRES IMPORTANT LISTE DES CHOSES A FAIRE AVANT MOURIR, QUE JE NE POURRAI PAS FAIRE ET DONT JE DOIS ARRIVER A FAIRE VITE LE DEUIL…

Les circuits de captage et commandes de renvoi déconnent (Loi du silence 12)

6 juin 2012 – 11 h 53 min |

Ah ! les tarés qui mettent les médicaments dans les boîtes ! Quels sont les imbéciles qui repassent le linge et notamment les chemisiers ou T shirts à boutons en fermant les boutons ?
J’ai l’impression que par moment la machine n’est plus alimentée et s’arrête ; comme les 2 C.V. de mon enfance quand il y avait une saleté dans le carburateur. ..Abandonner en chemin des choses fortes de la vie c ‘est agaçant, elle est si courte pour qu’on accepte d’abdiquer sans cesse.
Perdu la moitié de mes cheveux depuis un an. J’ai décidé de ne pas les couper à mon âge si on a la chance d’avoir de nombreux et beaux cheveux il faut cacher sa nuque et son cou vieillissants ; l’on a déjà les seins moins frais ses fesses plus molles, alors il ne reste qu’un atout sexuel : une masse de beaux cheveux. On est tous un peu loupés à la fabrication il nous manque quelques semaines d’usinage mais moi, en plus, ou en moins, ils ont loupé la sortie.
Je ne vois plus l’utilité de me former à mon âge, d’avoir un projet que je ne pourrai probablement pas mener à bien. D’un autre côté, tant qu’on peut il faut tenir. Esclaves de tout.
Dimanche 4 heures du matin – Toujours ce réveil avec un long moment de tangages physique et cérébral. La formation difficile est un bon test : je me suis braquée dès le début en voulant tout comprendre et tout assimiler. Je comprends à 80% et assimile à 40% mais j’ai bien observé mes réactions ; ce n’est dû qu’en très faible partie à un état pathologique, le reste 1) à mon comportement d’intoxiquée workhoolic dont je ne peux pas me défaire depuis l’enfance 2) à l’usure normale de mon cerveau. Ce qui ne marche pas dans mon cerveau ce n’est pas la compréhension intellectuelle, ce sont les circuits de captage et les commandes de renvoi qui déconnent.

Le tissu mité va lâcher (La loi du silence 11)

17 mars 2012 – 6 h 11 min |

Me bats pour tenter d’avoir une aide pour pouvoir survivre le temps que le diagnostic soit enfin fixé et que je puisse agir. C’est toujours et partout des petits trucs, moi j’ai l’impression que le tissu se détend ou craquelle par endroits comme mité et qu’un jour ça va lâcher d’un coup, mais pour moi ce sera trop tard ; pour les médecins ce sera sans importance; sauf mon généraliste qui n’en peut plus et se dit impuissant.
Me bouge comme une folle pour le boulot ; trouvent tous que c’est un bon projet mais je commence à ne plus y croire.
Il faudrait que j’avance mon bouquin mais écrire demande une grande tranquillité matérielle, pas de bruit, de quoi manger régulièrement, pas d’horaire quelconque à respecter…Too much en ce moment !
RMI : 357 Euros, pas plus car possède mon appart et le Préfet (qui décide, lui à qui on paie même le coton démaquillant de sa femme !) présuppose que les travailleurs indépendants non indemnisés ont des ressources cachées.
Hostos hostos, c’est mon occupation principale de la semaine; et cela commence à faire des mois. Pourquoi n’avance-t-on pas ? Je suis prête à n’importe quoi pour qu’on me dise ce que je couve.

L’ossature et la pompe, l’essentiel (La loi du silence 9)

20 février 2012 – 6 h 00 min |
Elizabeth buste de face

Octobre-novembre 2001…Il y a 4 jours ,dans le bus, alors que tout allait bien, il faisait beau j’avais l’esprit apaisé et profitais du spectacle de la vie quand boa foudroyant du creux de l’estomac jusqu’au cou à gauche avec un retentissement dans tout le côté gauche…à la réa cardiaque où failli me tuer avec la xilocaïne…Même pas pu leur parler, ils étaient occupés à leurs problèmes, les nanas par les horaires de service, les brancardiers par le nombre de malades transportés, les toubibs par le match … Hier revu la psy…a mal pris ma visite chez France Alzheimer ; pour le coup je l’ai remise en place. C’est quand même de moi qu’il s’agit, les enjeux sont pour moi. Elle s’est calmée…Boulot s’amenuise, groupe de cadres « en recherche d’emploi », quelle langue de bois ! Rencontre plein de gens biens … sur le carreau !

Non, je ne suis pas gaga ( La loi du silence 5)

12 janvier 2012 – 14 h 22 min |
Elizabeth 3eme enfant de Caroline

Non, non! Je ne suis pas gaga, la psy me l’a confirmé….le système clos protège contre tout contrôle, qui oserait mettre en doute la compétence d’un mec et d’un groupe à pouvoir ? …Préparation dans la folie du déménagement ; on meurt étouffé sous ses objets mais elle ne veut pas lâcher. Pas faciles la séparation ni le deuil …Tout ce que je connais bien dans les parents parce que cela m’agaçait je le porte en moi et je le reproduis malgré tous les efforts possibles…Etrange RV chez la psy…Elle a dit cliente et pas patiente… Réaction violente au magnésium, j’ai cru devenir folle, je voyais des formes étranges très colorées, comme si j’étais saoule — les éléphants roses– et je bredouillais comme une ivrogne…Les médecins militaires ne sont pas des cons, mais les labo oui, sauf ce dernier qui a mis en culture pendant trois mois. Les autres donnaient un résultat négatif au bout de quelques jours : c’est comme ça qu’on fait disparaître des maladies…In Heureux les orphelins stériles – la Loi du silence.

Lire au clair de lune Caroline 2

4 janvier 2012 – 15 h 16 min |
Caroline par Cocteau

…nous passions nos vacances à L’Hermitage dans une grande case aux parois de bambou tressé et au toit de palmes. En arrivant, l’on enlevait ses sandales de ville et enfilait un maillot et un T.shirt, qui … formaient la tenue réglementaire des vacances. Le paradis ! Si, le matin au lever du jour, il y avait une autre trace de pas que celle du pêcheur notre ami nous menions l’enquête toute la matinée : qui avait osé fouler le sable de la plage déserte ?…Nous étions des chiens de campagne contrôlant leur territoire….Les soirs de pleine lune, nous lisions, à la lueur de la lune, un Tintin connu par cœur…Le lagon de L’étang salé était très riche en coraux aux couleurs vives et aux formes extraordinaires…plus qu’aire de jeu était un domaine d’exploration visuelle et d’admiration, un terrain de contemplation. Bois chéri Quand on allait chez tonton Louis, on voyait de loin la plantation, l’usine et la maison, perchée sur une collinette arrondie sans aucune végétation de hauteur notoire autour. On montait jusqu’à la bâtisse qui avait une belle varangue avec colonnade…

Le boa commence à m’embêter (La loi du silence 4)

28 décembre 2011 – 11 h 52 min |
Elizabeth la princesse aux pieds nus

Le boa commence à m’embêter sérieusement.
Bon je fais des petites hémorragies cérébrales, IRM dixit, mais « ce n’est pas grave ». …Il propose toujours et uniquement SA camisole chimique, j’ai formellement refusé compte tenu de mon passé. On ne peut pas se débarrasser d’un problème par l’empoisonnement ou l’emprisonnement du sujet. Je deviens folle : ils pourraient essayer de faire quelque chose…Si grand-mère avait épousé son Henri et non grand-père, qui serais-je ?

J’aime le jambon et la saucisse – Caroline 1

17 décembre 2011 – 19 h 04 min |
Caroline

Il portait beau son uniforme et surtout un drapeau planté sur fond de «turquerie », l’arrière grand-père qui avait « fait le zouave » et avait du quitter rapidement la boulangerie familiale de son Minervois natal…
Avec Rose, ils avaient eu de beaux enfants, dont un avait survécu et engendré à son tour : mon grand-père. Celui-ci avait bien pensé reprendre la vigne, mais la terre est basse et, dit-on, « il était doué ».A cette époque, l’école -républicaine –laïque ou confessionnelle– ne laissait pas à la traîne les enfants méritants. Mon grand-père eut des bourses et de certificat d’études en brevet il intégra l’Ecole Normale d’où il sortit pour la guerre. C’était en 1915.
Vermandovillers le 8 septembre 1916 : on perd toute sensibilité et toute tendresse où qu’on se trouve dans le fouillis. Je dois vous dire malgré tout que j’ai éprouvé un certain plaisir à dénicher les boches des abris. ..
Il est curieux que les hommes se considèrent de l’endroit où ils sont nés et ont passé leur enfance en famille sans chercher à deux générations plus haut !