Lu de-ma bibliothèque »

16 août 2017 – 16 h 38 min |

Vite ! à Montolieu (Aude) ! « Manifestement singulier », Pierre Bettencourt ! Et « L’Internationale des Visionnaires », ou les sens cachés de la représentation humaine dans les collections Cérès Franco et Daniel Cordier.
Deux expositions que je recommande …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Archives par Tags

Articles taggés avec: Aldo Leopold

COP 21 : Aldo Leopold, la terre, l’eau

1 décembre 2015 – 14 h 14 min | 3 Commentaires
Lever de soleil sur Marseille. Photo Mirielle Durand

COP 21  Aldo Leopold, la terre, l’eau

La nature, une ressource qui ne peut s’accroître

   COP 21 ? « La nature vierge est le matériau brut dans lequel l’homme a péniblement taillé cet artifice que l’on appelle …

Aldo Leopold : notre idée abrahamique de la terre

3 octobre 2012 – 13 h 07 min |

Quatre jours de navigation à petite vitesse sur le canal du Rhône à Sète, en plein mois d’Août, me renvoient à l’exceptionnel « Almanach d’un comté des sables » (1948) d’Aldo Leopold, lu il y a quelque temps déjà, dont l’empreinte vivace nourrit sans cesse ma réflexion, mais si exceptionnel que je n’ai pu jusqu’à présent en fixer quelques traits par écrit. Je me lance aujourd’hui, sachant que les mots me manqueront pour ne pas affadir cette nouvelle merveille de mes lectures, car le vocabulaire et le style d’Aldo Leopold (1887-1948) sont, comme ses idées, d’une richesse indicible….