Lu de-ma bibliothèque »

28 septembre 2016 – 14 h 37 min |

La dictature de l’algorithme, vade retro Facebook !
  
Cet automne, ma parano saisonnière est revenue ! Mais je vais en guérir, je sais d’où elle vient ! C’est la faute, non pas à Voltaire ni …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Lu de-ma bibliothèque

Andréas Haukland couleurs et sons de Laponie

Soumis par sur 18 février 2012 – 8 h 23 min

Une famille de pionniers,  hymne néo-romantique et linéaire

Une famillede pionniers littérature norvégienne      Restons dans la littérature des pays dits  froids : « Une famille de pionniers » d’Andréas Haukland est un hymne tout en couleurs et en sons à la nature vivante et forte de la Laponie norvégienne et à ses hommes des bois, sobres, bruts de coffrage et économes de la vie.

Ecrit en 1907, l’ouvrage, néo-romantique et linéaire à la fois, fait sans cesse appel à notre ouïe et à notre vue ; parfois il tinte des accents de Sibelius, parfois il nous renvoie aux sons de Grieg, quant à la couleur, pour moi il brille des tons hivernaux du peintre contemporain Nikolaï Dronnikov.

L’écriture fine, délicate, très rythmée, nous prend immédiatement et l’histoire ne nous lâche plus. Dans la première partie, celui qui est longtemps dénommé simplement : « l’homme », venu d’on ne sait où- le sait-il lui-même ?- séduit la fille de son hôte d’un jour et l’enlève jusqu’à des terres lointaines, par delà l’horizon. Pionnier, le couple défrichera un lopin totalement isolé du reste du monde. Là, la docile Torbjoerg donnera au rude Steinar deux garçons aux caractères opposés face aux hivers, aux loups, aux ours, aux lemmings, à la faim et… à la femme. Introduite brutalement dans le foyer par le père au retour d’une foire hivernale, destinée à Orm le fils aînée, la jeune Ormhild, aussi rieuse et riante que la famille est austère et brute, contraindra le tendre cadet Brynjulv à quitter la ferme et, mis au secret par sa mère, à retourner sur la terre de ses aïeux, laissant le champ libre à de nouveaux défrichages.

Ce n’est plus la nature qui est dure mais les humains qui sont cruels dans la deuxième partie. Pour narrer la vie des enfants d’Orm et d’Ormhild et l’éveil à la vie de la vieille Torbjoerg,  Andréas Haukland change de tonalité et de rythme : vies plus tumultueuses, ouverture sur le monde, nouvelles activités, sentiments  affirmés tels la haine gratuite, la violence, la douceur, l’amour, la transmission des croyances… Le tout posé en grands aplats ; la musique qui joue un rôle important dans le récit n’est plus présente dans l’écriture que comme illustration ici et là du propos.

Non seulement « Une famille de pionniers » est bien écrit et traduit (là encore Marguerite Gay ne trahit pas son auteur),  passionnant à lire, mais encore par discrètes touches il donne à partager des détails de la vie dans une région où la nature dominait en des temps si lointains et si proches à la fois.

  •   Une famille de pionniers d’Andréas Haukland, Editions Sorlot 1943, traduction du norvégien par Marguertie Gay, illustrations et dessins de René Pottier. Epuisé.

Autre littérature nordique The man from Beijing. Différent!

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire!

Ajouter votre commentaire ci-dessous, ou trackback à partir de votre propre site. Vous pouvez aussi Comments Feed via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

Vous pouvez utiliser ces balises:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Il s'agit d'un Gravatar-enabled. Pour obtenir votre propre mondialement reconnu-avatar, s'il vous plaît vous inscrire à Gravatar.

Entrer le code captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.