Lu de-ma bibliothèque »

16 août 2017 – 16 h 38 min |

Vite ! à Montolieu (Aude) ! « Manifestement singulier », Pierre Bettencourt ! Et « L’Internationale des Visionnaires », ou les sens cachés de la représentation humaine dans les collections Cérès Franco et Daniel Cordier.
Deux expositions que je recommande …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Lu de-ma bibliothèque

Soumission, roman de science-fiction

Soumis par sur 27 mars 2015 – 16 h 10 min

Soumission, roman de science-fiction ?

Soumission roman de science fiction ?  Ironie, dérision, humour acide imprègnent, à mes yeux, Soumission de Michel  Houellebecq, roman de science-fiction de 2015, comme « 1984 » de Georges  Orwell l’avait été en 1949 … 

 Pas surprise que Soumission ait déchaîné tant de rage, indépendamment de sa  date de sortie car, dans sa description d’un héros plutôt amorphe et informe vivant dans un milieu monotone, l’auteur met en scène -et les égratigne  salement- d’actuels clercs, prétendus faiseurs d’opinion, représentants du  peuple élus minablement, « icônes variables : sportifs, créateurs de mode ou de  portails internet … »

 Encore une fois (*1) j’ai voulu lire Michel Houellebecq, parce que fortement vilipendé… après avoir été idolâtré. Je n’avais rien lu de lui, le confondant avec Philippe Delerm dont la première gorgée de bière m’avait été terriblement insipide. Sans télé, j’avais zappé Les particules élémentaires. De plus, la personnalité publique de Michel Houellebecq perçue dans ses récents entretiens aux radios et magazines ne m’était  pas spécialement séduisante. Il m’est apparu comme un zombi décavé, d’un snobisme parisiano-parisien.

Soumission grand plaisir de lecture

Cependant, les commentaires à la sortie de Soumission, par certains avouant encore une fois ne pas avoir lu l’ouvrage (*2) , m’ont poussée à avoir mon opinion personnelle, les critiques acides allant  de : « pas de style » ( oui je l’ai entendu à une heure de très faible écoute !!!) à « phallocrate ! » en passant par « anti-musulman » ou « pro-musulman », toujours sous-entendu : « dangereux »… 

La dernière page refermée, il me reste des impressions différentes : d’abord  Michel Houellebecq m’a donné un grand plaisir de lecture. Je vais enfoncer des portes ouvertes : le style linéaire de Soumission correspond au côté blafard du héros et de sa vie, style servi par un écriture limpide avec des mots simples et précis qui collent au récit. Huysmans et Bloy n’ont jamais été ma tasse de thé et pourtant j’ai presque envie d’en lire un peu plus, tant François (le héros de Soumission) vit en eux, et l’auteur en son héros. « …Un auteur écrit-il d’ailleurs, c’est avant tout un être humain présent dans ses livres… » 

Présent dans ses livres, certes ! De là à identifier un auteur à son héros de roman et à le charger de tous les maux de la création ! Un auteur de fiction a encore le droit de donner tout pouvoir à son imagination, en mettant un peu du sien dans ses personnages ou situations.

Alors, phallocrate Houellebecq, parce que son héros est un rude baiseur ? Anti-ou pro-islamique, Houellebecq qui décrit une situation dérangeante pour notre pays, empêtré dans ses contradictions ?

Dans Soumission Michel Houellebecq prête à son héros une vie sexuelle qui, je le crains, est aujourd’hui celle de pas mal d’hommes d’entre 50 et 70 ans. Non ! Il (François, le héros) m’a paru aimer ses partenaires sexuelles, des tapins à sa petite « fiancée » Myriam. Il se met en scène avec beaucoup d’autodérision. Lucide, drôle, le François !

Sur la mise en scène d’un régime religieux, sa république islamique démocratiquement élue, passés les soubresaut de son accession au pouvoir, est plutôt apaisée, son président a une vision qui dépasse les frontières de l’hexagone et de vastes ambitions. Certes, il trace les contours d’une société basée sur une économie familiale où les femmes n’ont leur place qu’au foyer, et où l’instruction doit être contenue et limitée. Mais ce qu’il décrit d’un trait léger était en gestation depuis longtemps dans le roman ; cohérent avec la personnalité ambiguë et molle du héros, Michel Houellebecq garde une distanciation qui interdit de traiter son ouvrage d’anti ou de pro islamique, me semble-t-il. Et rien sur le terrorrisme ou le djidahisme. 

Là où la réalité peut dépasser la fiction, c’est dans la vie et le vaste monde actuel : en effet, cette situation existe déjà ailleurs, en beaucoup plus lourd cependant, et menacée de prompte destruction par des forces qui se réclament des mêmes fondements. Prémonotion de l’auteur ?

Cela m’amène au titre qui me paraît forcé. Soumission, disposition à obéir … Le héros, assez « ectoplasmique » à mes yeux, n’obéit à rien ni personne, il se laisse porter par les événements jusqu’au jour où il cède à la facilité et au confort conformes à ses dispositions paresseuses, à son atonie citoyenne, sans choisir qui lui offre ce nouvel état. Alors, soumission! ?

Dans la vie « profane », cependant l’on peut aujourd’hui s’interroger sur notre disposition à obéir à la paresse de pensée (cf mon *2) . Cette description romanesque constitue-t-elle une menace si lourde pour notre réalité que les critiques aient été si féroces ? Si l’ouvrage est ainsi perçu par l’intelligentsia  alors nous sommes en pleine crise de la pensée, sur la voie d’une auto-mutilisation intellectuelle. Soumission de Michel Houellebecq est à mes yeux un roman de science-fiction comme l’a été pour ses lecteurs 1984 de Geroges Orwell à sa parution en 1949. A méditer et à suivre.

Quoi qu’il en soit, j’ai aimé ce roman plein d’humour souvent grinçant, sans concession pour notre micro-cosme; je l’ai ouvert et n’en suis sortie que la dernière ligne lue. D’une traite.

  • Soumission de Michel Houellebecq Flammarion 2015
  • ISBN978-2-0813-5480-7

(*) :

  1. J’avais lu les confessions de Valerie Trieweiller parce qu’elle était jetée aux orties. Ouvrage cependant pas du même tabac que Soumission !
  2. Le 19 mars entre 8 et 9 heures sur France Inter Marc Dugain à qui l’on demandait s’il avait lu Soumission répondait non d’un ton un peu dégoûté et, à la question : « pourquoi ? », répondait qu’il n’aimait pas les amalgames entre islamisme et djidhadisme.

Ecrit le 20/02/15 , additif le 19/03/15  pour être publié après le premier tour des élections départementales (tout sera probablement  joué).

Tags: , , , , ,