Lu de-ma bibliothèque »

16 août 2017 – 16 h 38 min |

Vite ! à Montolieu (Aude) ! « Manifestement singulier », Pierre Bettencourt ! Et « L’Internationale des Visionnaires », ou les sens cachés de la représentation humaine dans les collections Cérès Franco et Daniel Cordier.
Deux expositions que je recommande …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Lu de-ma bibliothèque

Les insurgés de l’Indus d’Henri Terres, un bon moment

Soumis par sur 16 septembre 2015 – 14 h 03 min 2 Commentaires

Les insurgés de l’Indus d’Henri Terres. C’est où ça ?

« Les insurgés de l’Indus », d’Henri Terres, mi polar-mi thriller bien troussé, enlevé, réjouissant. C‘est l’histoire d’un provincial que le pouvoir rend fou, comme le résume si bien le bandeau de l’éditeur : Les Presses littéraires.

Henri Terres écrit très bien (c’est son 13ème ouvrage publié)  – j’aurais peut-être enlevé quelques phrases de ci de là sur les 420 pages du livre-,  l’on est captif du récit bien mené, haletant, parfois surréaliste, qui se termine, de plus, de façon très drôle.

L’action des Insurgés de l’Indus se passe dans le sud -ouest mais Henri Terres, médecin et artiste, est de Castelnaudary ; aussi son ouvrage a agité le bocal chaurien (c’est ainsi qu’on appelle les natifs et les habitants de la capitale mondiale du cassoulet) où certains ont cru reconnaître trait pour trait des personnages du cru. Pourtant, à la lecture, moi qui ai pas mal bourlingué, je me suis trouvée dans le Var il y a quelques années. Comme quoi le moindre clocher peut revendiquer avec Brassens : « nous, au village, aussi l’on a de beaux assassinats » !

C’est qu’Henri Terres a certes décrit des lieux de sa ville – tout auteur de fiction s’inspire de ce qu’il connaît- mais son récit est universel, au risque de déplaire à la marchande de la maison de la presse locale qui cache le livre dans un tiroir pour ne pas le vendre « parce qu’il dit du mal de nous »…  Cette gracieuse commerçante existe, en effet, dans LA phrase tueuse qui décrit l’héroïne sortant de son hôtel, traversant « la rue pour aller acheter « Connaisssance des Arts »  à la maison de la presse… ». Si vous l’aviez lu, Madame la marchande  ! Pas de quoi faire de vous une star, mais de là à cacher l’ouvrage au chaland éventuel…

Alors, cette histoire d’un homme politique à l’ego surgonflé a-t-elle fait perdre les pédales aux phénix du coin au point d’empêcher les citoyens de trouver le livre d’un de leurs auteurs locaux ? Il est vrai que la capitale du Cassoulet la joue volontiers sabots dans la boue, dégageant d’une chiquenaude les écrivains, peintres, artistes de talent qui sont pourtant légion dans le Lauragais. Il est vrai également -et là, la fiction d’Henri Terres rejoint totalement la réalité locale- que, tradition du sud-ouest oblige, tout passe par le « politique », un politique encore bien marqué 3ème République…

Le temps s’est arrêté au pays de Cocagne (oui ! oui ! c’était ici, au temps du pastel).

Comme le disait Michèle, la compagne de Michel Chaillou, dans La France fugitive : « Castelnaudary, une ville d’une considérable tristesse ». Les Chaillou ont manqué le seul lieu vivant de la ville : l’Indus. Mais peut-être était-ce le jour de congé du bistrotier ?

Non ! en vérité, je vous le dis, le roman « Les insurgés de l’Indus » ne peut pas se passer dans cette ville.

  • Les insurgés de l’Indus d’Henri Terres, éditions Les Presses littéraires ISBN979-103100047.3 
  • La France fugitive de Michel Chaillou Fayard ISBN 2-213-59586-0

Tags: , , ,

2 Commentaires »

  • JeanRibard dit :

    Très envie de le lire.On imagine bien le mélange de sérieux et de burlesque provincial.On se demande aussi ce que vient faire ici le grand fleuve d’Asie.La curiosité nous fait vite découvrir qu’il s’agit du café de l’Industrie, 30, cours de la République à castelnaudary
    En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2010/11/16/948699-castelnaudary-l-apero-des-croquignous.html#Rue1wxDCexvAfJtT.99
    Cela remet les idées en place.

  • Mireille Durand dit :

    L’Indus (pour l’Industrie) reste le seul lieu de rencontre de cette ville dormante… Le flux des clients avec leurs codes qui les révèlent comme des habitués ou des « touristes » de passage donne de savoureux échanges et des commentaires piqués au coin du parler local avec des suspensions de pensée qui ouvre le champ de tous les possible à l’auditeur du siège d’à côté. « Boudu, con ! « , s’est exclamé en chantant un client en découvrant l’Equipe nouveau format à l’heure du café matinal… Alors, content ? On ne le saura pas et peut-être ne le sait-il pas lui-même.Car le dégustateur de cassoulet est un rêveur par nature.

Laisser un commentaire!

Ajouter votre commentaire ci-dessous, ou trackback à partir de votre propre site. Vous pouvez aussi Comments Feed via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

Vous pouvez utiliser ces balises:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Il s'agit d'un Gravatar-enabled. Pour obtenir votre propre mondialement reconnu-avatar, s'il vous plaît vous inscrire à Gravatar.

Entrer le code captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.