Lu de-ma bibliothèque »

28 septembre 2016 – 14 h 37 min |

La dictature de l’algorithme, vade retro Facebook !
  
Cet automne, ma parano saisonnière est revenue ! Mais je vais en guérir, je sais d’où elle vient ! C’est la faute, non pas à Voltaire ni …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Lu de-ma bibliothèque

Le Pleurer-Rire d’Henri Lopes

Soumis par sur 13 mars 2015 – 12 h 05 min

Le Pleurer-Rire, orages de la saison des mangues 

       

Le Pleurer-Rire d'Henri Lopes

Littérature congolaise

Le Pleurer-Rire d’Henri Lopes, grand écrivain congolais, m’est devenu Le Rire-Pleurer à quelques années de relecture, tant notre perception de la violence  a changé de forme et d’intensité,  qui fait  ressortir l’ironie et l’humour (noir) de ces orages de la saison des mangues servis par une si belle écriture. 

Le roman Le Pleurer-Rire (Editions Présence Africaine) fouille, depuis le coup d’état – unique forme de prise de pouvoir à l’époque dans bien des parties du monde – jusqu’à sa chute, les entrailles d’un régime « fort » des années 80 dans une ancienne colonie française de l’Afrique des forêts.

C’est la destinée d’un ancien militaire de la coloniale auto-proclamé Président, autocrate patenté : Tonton (c’est son titre, sa marque de pouvoir et l’incantation obligatoire d’attachement dû par ses sujets), Hannibal-Ideloy Bwakamabe Na Sakkadé (c’est son nom), accompagné de son épouse principale, Ma Mireille.

Ouf ! Réussi à transcrire son nom !

Wollé, Wollé ?  

Woï, Woï !

Ce récit à plusieurs voix s’articule principalement autour de celle d’un ancien maître d’hôtel « des Relais » nommé son Maître des Boissons par Tonton (c’était avant Mitterand). Dans Le Pleurer-Rire, Henri Lopes nous transporte dans la conscientisation, les coutumes, le tribalisme, la survie avec les Oncles (des Blancs-Blancs-là), quelque Madame dit-on friande d’exotisme, des claivoyants, des féticheurs, quelques trottoires, des chefs de clans, des Activistes, des ex-bougistes, des Membres, des Propagandistes, des nordistes, des sudistes, des de l’arrière-pays

Un univers aussi luxuriant et obscur que la grande forêt, aussi tumultueux que les orages de la saison des mangues, débordant de drôlerie parfois sanguinolente et d’ironie respectueuse, en un paradoxe littéraire sans pareil dont l’auteur se sort par la grâce de son écriture. Oui, il réussit ce tour de force, il est bien valeureux l’écrivain-là, Ya Lopes-là !

« En vérité, je vous le dis le pays n’est pas sur la carte. Si vous tenez à le trouver c’est dans le temps qu’il faut le chercher ».

Plus souple et moins cruel que les ogres de  La Vie et demie, encore un ouvrage de la littérature africaine à ne pas manquer. Henri Lopes qui a bien failli présider la Francophonie l’an dernier, est un de mes écrivains préféré de cette francophonie si riche en littérature.

note : en italique les mots du français congolais.

Tags: , , , , ,