Lu de-ma bibliothèque »

16 août 2017 – 16 h 38 min |

Vite ! à Montolieu (Aude) ! « Manifestement singulier », Pierre Bettencourt ! Et « L’Internationale des Visionnaires », ou les sens cachés de la représentation humaine dans les collections Cérès Franco et Daniel Cordier.
Deux expositions que je recommande …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Lu de-ma bibliothèque

Le Questionnaire d’Ernst von Salomon et la fête nationale allemande

Soumis par sur 12 décembre 2014 – 9 h 14 min
Carte extraite de Das Bild der Erde pour Le Questionnaire d'Ernst von Salomon

Das Bild der Erde édition von Velhagen & Klafing à Leipzig 1930

      Le 03 Octobre, fête nationale allemande, était  l’occasion dans Le Questionnaire d’Ernst von Salomon (1951), de se remémorer la lente et difficile gestation de l’Allemagne d’aujourd’hui que le lecteur né après 1945 pourrait voir comme une entité bien définie et stable depuis longtemps.

Dans Le Questionnaire, avec ironie et recul, Ernst von Salomon répond aux 131 questions qu‘en 1945, au lendemain de la libération de l’Allemagne, le gouvernement militaire Allié posait à ceux qu’il internait avant de savoir qui ils étaient et quoi faire d’eux, les forces d’occupations quelles qu’elles soient étant toujours et partout les mêmes, tout comme l’absurdité administrative qui a des beaux jours devant elle.

Le grand intérêt de l’ouvrage, traduit par Guido Meister et publié à la NRF en 1953, réside dans le fait qu’Ernst von Salomon, né dans un siècle et un monde non seulement disparus mais encore oubliés, les donne à voir sans regrets ni justifications mais avec pertinence.

Né en Prusse en 1902, élevé sous la férule des Cadets, engagé dans les corps francs contre les Rouges en 1917, interné et condamné aux travaux forcés pendant cinq ans pour sa participation en 1922 à l’assassinat de Walter Rathenau, ministre des affaires étrangères signataire du traité germano-russe de Rapallo (sensé relancer les économies exsangues des deux pays), Ernst von Salomon, sympathisant du national-socialisme avant la prise de pouvoir d’Hitler, par réprobation s’est retiré de la vie politique durant le 3ème Reich, replié sur l‘écriture de scénarios et la protection d’Ille.

Aujourd’hui au coeur de l’actualité commémorative, les 648 pages du Questionnaire d‘Ernst von Salomon tracent la passionnante biographie d’un territoire mouvant, en butte à des luttes variées et incessantes, qui s’apprête à fêter le « Tag der Deutschen Einheit (jour de l’Unité Allemande) la réunification des deux Allemagnes d’après-guerre, dernier avatar de son histoire,  longtemps pivot entre les Europes.

  • Le Questionnaire, d’Ernst von Salomon, traduction de Guido Meister. NRF 1953.

L’ouvrage relié en cuir chamois  a été mordu à belles dents  par un chien familial bibliophile. Digérée depuis des lustres, j’ai du mettre en illustration une carte du reich allemand des années 30.

 

 

Tags: , , , , , , , , , ,