Lu de-ma bibliothèque »

28 septembre 2016 – 14 h 37 min |

La dictature de l’algorithme, vade retro Facebook !
  
Cet automne, ma parano saisonnière est revenue ! Mais je vais en guérir, je sais d’où elle vient ! C’est la faute, non pas à Voltaire ni …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » Lu de-ma bibliothèque

Marseille : Jacqueline Cristofol et Alessi Dell’ Umbria

Soumis par sur 4 janvier 2012 – 12 h 00 min 10 Commentaires
Ouvrage sur Jean Cristofol

Un Maire oublié (Flammarion)

Marseille ! Trop souvent à la Une des journaux, à l’ouverture des bulletins radio ou des J.T. pour des informations noires, violentes, sales, qui semblent être de son essence éternelle.

Faits divers, magouilles de toutes sortes, incuries, incompétences…Ce n’est pas nouveau, l’histoire de Marseille est pavée de mauvaises intentions qui expliquent peut-être son déclin lent mais sûr ;  un jour la ville la plus anciennement habitée de France ne figurera plus sur les cartes.

 Dans son « Histoire universelle de Marseille de l’an mil à l’an deux mille », Aléssi Dell’ Umbria met au jour les éléments suicidaires que la ville porte en elle depuis longtemps (on attend le pendant dans ses racines grecques, voire préhistoriques). Edité chez Agone, considéré comme une « oeuvre magnifique », j’en recommande la lecture bien que, j’ose le dire, ce soit à mes yeux un pavé relativement indigeste, par moment besogneux, avec des accents d’ouvrage commandité. Malgré tout  sa lecture est instructive et pour qui veut connaître Marseille, intéressante.

 Sur une période encore récente dont les protagonistes et leurs héritiers directs en tous genres n’ont pas disparu, je recommande également la lecture de « Batailles pour Marseille :  Jean Cristofol, Gaston Defferre, Raymond Aubrac » par Jacqueline Cristofol, sur les tricotages politiques communistes/socialistes autour de la deuxième guerre mondiale.  Paru en 1997 chez Flammarion, l’ouvrage, dense, passionnant, très documenté et référencé, sans concession,  est remarquablement écrit par la veuve de Jean Cristofol.

Maire communiste de Marseille de 45 à 47, député des Bouches-du-Rhône pendant 15 ans (premier mandat en 1936), Jean Cristofol a disparu de la mémoire de la ville par la grâce de Defferre, et du parti communiste par évaporation existentielle (avant même la disparition du PC).  Notons qu’ Aubrac avait également disparu des circuits de la mémoire par la grâce de Defferre, il n’est ressorti de l’ombre collective qu’il y a peu d’années… Jacqueline Cristofol avant d’épouser Jean du même nom travaillait avec Raymond Aubrac. Son ouvrage précise quelques faits aujourd’hui  historiques : la prise de pouvoir par Gaston Defferre au détriment de Jean Cristofol, le dénigrement de Raymond Aubrac en pédiode anti-communiste…  Autant de faits oubliés remis en lumière par une documentation des plus sérieuses et fortes : l’auteur était une avocate rigoriste.

Deux ouvrages un peu ardus mais passionnants…

  •  Histoire universelle de Marseille de l’an mil à l’an deux mille d’Aléssi dell’ Umbria. Edit. Agone collection mémoires sociales 2007 ISBN 2-7489-0061-8
  •  Batailles pour Marseille Jean Cristofol, Gaston Defferre, Raymond Aubrac par Jacqueline Cristofol éditions Flammarion 1997 ISBN 2-08-067481-1

Tags: , , , , , , , , , , ,

10 Commentaires »

  • Pierre dit :

    Je viens de découvrir avec un peu de surprise votre billet car je suis justement entre de travailler sur la période de l’après-guerre marseillais et les deux ouvrages que vous citez sont parmi les fondamentaux pour comprendre ce qui s’est passé (et ce qu’il en est aujourd’hui). Je pense que vous être un peu méchant avec Alesso dell’Umbria, bien sûr que son livre est un pavé, mais un pavé passionnant car, comme Howard Zinn l’avait fait pour les Etats-Unis, il présente l’histoire de Marseille sous une forme non conventionnelle. Je serais plus critique quelquefois sur son contenu, par exemple quand il traite des sections marseillaises et du mouvement fédéraliste sous la Révolution (chapitre « la Ville sans Nom »). Quant à Jacqueline Cristofol, je suis bien d’accord avec vous que son livre est non seulement sympathique parce qu’il a été écrit par un « vrai » témoin de l’époque, mais aussi instructif parce qu’il donne plein d’informations sur l’intérieur du milieu politique marseillais et notamment du PC. Il parait d’ailleurs que c’était une femme intelligente et attachante, aux dires de mon père (cité dans son livre) qui l’avait rencontrée. Et mon père n’était pas du tout communiste, seulement résistant dans les Groupes Francs.
    J’en profite pour citer d’autres livres sur cette période : les travaux de Robert Mencherini, « Defferre » de Georges Marion, « CRS à Marseille » de Maurice Agulhon et Fernand Barrat … et surtout dans le très sérieux et détonnant ouvrage de l’américain Alfred Mac Kay « The politics of Heroin in SouthWest Asia », la partie II sur Marseille et particulièrement le chapitre « The Socialist Party, the Guerinis and the CIA », un régal, malheureusement non traduit en français à ma connaissance.
    Enfin, concernant le « déclin lent mais sûr » de Marseille « ville qui n’existera plus sur les cartes (le rêve de Fréron et Barras en quelque sorte!), permettez-moi quand même d’émettre quelques bémols. Qu’il y ait des risques pour qu’elle se transforme, comme Paris, en une cité aseptisée et uniformisée livrée à l’industrie touristique et débarrassée de ses classes populaires, c’est bien ce qu’on cherche à faire semble-t-il. Mais cela ne veut pas dire qu’elle disparaîtra et je pense de toutes façons que cela ne sera pas facile à réaliser (Louis XIV, Haussmann et les occupants allemands s’y sont déjà cassés les dents, non?).

  • Mireille dit :

    Merci de vos remarques détaillées et instructives. Je relis en ce moment « Gouverner Marseille » de Peraldi et Samson. En revanche, je n’ai pas les ouvrages de Mac Kay, ni celui de Mencherini ni de Marion.. En effet, comme indiqué dans ma présentation, je lis ou relis ceux de la bibliothèque familiale, riche de plusieurs centaines de livres en diverses langues. Néanmoins vous me donnez envie de les lire et d’en parler ultérieurement.
    Vos remarques sur ce qui peut passer pour ma sévérité et un jugement lapidaire sont justes, mais je tiens à être brève dans mes papiers tout en gardant mon naturel incisif.
    Merci encore de votre contribution ; sachez que les sujets traités seront variés, qu’au fil du temps il y aura des surprises et découvertes. Revenez, faites connaître le site, si vous aimez dites-le sur la page Facebook du site et faites circuler l’adresse: Mon objectif est le partage du plaisir de lecture … et d’écriture. Dans quelques jours un exemple inclassable.

  • Pierre dit :

    Merci pour votre prompte réponse. Effectivement il y a aussi le Peraldi et Samson que j’avais oublié et qui est aussi un fondamental. Vous nous direz ce que vous en pensez.
    Pour ce qui concerne le texte de Mc Koy (et non Mc Kay comme je l’ai écrit pas erreur, on peut le trouver et le télécharge sur le net à l’adresse suivante :
    http://www.drugtext.org/library/books/McCoy/default.htm
    Par contre, on ne trouve pas sur le net les bouquins de Menchirini (il y en a deux pour la période 1944-48, un sur les réquisitions d’usines et l’autre sur les grèves) et Marion (aucun rapport avec le préfet de police à ma connaissance), faut les acheter ou mieux (pour éviter trop de frais) les emprunter dans une bibliothèque.
    A vrai dire, je n’ai pas encore lu les livres de Menchirini et Marion, seulement des extraits ou des commentaires. Mais comme je suis un fervent adepte de Pierre Bayard (« comment parler des livres que l’on n’a pas lu »), je ne me gêne pas pour faire comme si c’était le cas.
    Tout à fait d’accord pour faire connaître votre site à mon (petit) réseau personnel. Pour ma part, j’ai déjà mis à suivre !

  • Mireille dit :

    Merci. On se tient au courant au fur et à mesure de nos lectures. Je prends les livres qui me tombent sous la main, mais je vais peut-être aussi parler de ceux que je prends à la bibliothèque…
    A bientôt.

  • J’ignorais que c’était la ville la plus ancienne de France. Merci pour cet article

  • Mireille dit :

    Merci pour votre lecture. Et oui, Marseille a fêté ses 2600 ans ! Sur le territoire de la France actuelle, c’est la seule ville habitée en continu depuis aussi longtemps.

  • DORDOR dit :

    Madame bonjour.

    Je connais bien l’histoire de cet homme extraordinaire qu’était Jean CHRISTOFOL. Papa a été un de ses premiers abonnés à son journal « Liberté ». Il futun de ceux qui l’ont accueilli à sa sortie de Maison Carré le 5 mars 1943. Il a hébergé aussi le Maire communiste de Bezons. Je connais l’histoire peu glorieuse de Gaston Deferre dont il ne fut pas étranger à l’assassinat du Juge Pierre MICHEL car il avait mis en examen et écroué un de ses proches …. un Guérini !!!Quand aux radicaux….de gauche René Bousquet (ancien secrétaire général de la police de Vichy) et Madame BAYLET ont relancé la dépêche du Midi et ils ont financé la campagne de  » tonton » aux présidentielles 1965 !!Lors d’un débat à la télévision Monsieur ELKABASCH le Chef de l’Etat a avoué d’avoir donné des instructions pour retarder la mise en examen du sieur René BOUSQUET pour crimes contre l’humanité » !Actuellement je termine un ouvrage dont une partie m’a été dictée par papa avant son décès (le 7 septembre 201) intitulé: Regard dans le rétroviseur d’un homme né au début du 19éme siécle le bénéfice ira à l’orphelinat des Cheminots. Le livre de Madame Jacqueline CRISTOFOL est remarquable je l’ai lu avec passion et je l’admire d’avoir eu le courage de dire la vérité et d’honorer Jean CHRISTOFOL. Pour moi c’est un de voir de mémoire.
    Amicalement

    Pierre DORDOR

  • Tietie007 dit :

    J’ai pas mal travaillé sur le quartier de l’Estaque au 19eme et au 20eme, où mon grand-père d’origine russe, qui a atterri à Marseille venant du front d’Orient, en 1919 et ma grand-mère italienne, née à Reggio Emilia, se sont connus au début des années 20.

  • Mireille dit :

    Sans doute avez-vous des élémnts passionnants à transmettre. Un petit livre ?

  • Mireille dit :

    Merci beaucoup de votre commentaire et de ce que vous précisez dont je n’avais que des bribes… Dès que vous publirez votre livre soyez gentil de m’en donner les références afin que je l’achète et que j’invite les lecteurs de mon blog à en faire autant.

Laisser un commentaire!

Ajouter votre commentaire ci-dessous, ou trackback à partir de votre propre site. Vous pouvez aussi Comments Feed via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

Vous pouvez utiliser ces balises:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Il s'agit d'un Gravatar-enabled. Pour obtenir votre propre mondialement reconnu-avatar, s'il vous plaît vous inscrire à Gravatar.

Entrer le code captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.