Lu de-ma bibliothèque »

28 septembre 2016 – 14 h 37 min |

La dictature de l’algorithme, vade retro Facebook !
  
Cet automne, ma parano saisonnière est revenue ! Mais je vais en guérir, je sais d’où elle vient ! C’est la faute, non pas à Voltaire ni …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » L'air du temps

Marseille capitale européenne de la culture jour J : ouverture du Off à la Belle de Mai

Soumis par sur 12 janvier 2013 – 8 h 49 min

Marseille capitale européenne de la culture jour J.  Je vais  fêter l’ouverture du OFF à la Friche de la Belle de Mai

 

Bon anniversaire, Gary !Marseille capitale européenne de la culture jour J.  Je vais  fêter l’ouverture du OFF à la Friche de la Belle de Mai. Puis, ce soir  je participerai  à la grande clameur à Belsunce, l’hyper centre ville, populaire, bordélique, sale, mais si vivant ! Habité par des  marseillais d’origines culturelles variées et plutôt pauvres, c’est un quartier étonnant que les marseillais pur sucre (ou pure huile) ne connaissent pas et ne connaitront  pas plus à la fin de cette année culturelle.
Puis j’irai à  un des baleti du même tabac, fuyant les lieux « labellisés » Marseille 2013  envahis à coup sûr pour une nuit par les bobos ou les bouches en cul de poules désireuses de s’encanailler un brin.

Parce que cette année de la culture je ne la sentais pas vraiment ; autant la population marseillaise sait faire la fête joyeuse, partagée, sans chichis – -il suffit de participer tous les ans à la fête du Panier, à celle de Belsunce ou à la Fiesta des Docks et de se remémorer les trois  parades exceptionnelles pour l’An 2000, les 2600 ans de la ville et  une autre dont je ne sais plus ce qu’elle était : plusieurs milliers de citoyens de tous âges et toutes classes festoient avec joie et enthousisame (vingt mille participants selon les organisateurs,  deux cents mille selon la police fière d’avoir fait face ;  à quoi ?  Vantardise de pandores !  en réalité il n’ y a jamais de problème quand le peuple marseillais fait la fête) – -autant je crains la réaction de cette ville lorsque des' »estangers du dehors »  tentent de lui imposer n’importe quelle évolution de type « parisien ».

Marseille, pulpeuse, excitante,  chauvine, campée sur ses positions

Marseille, en effet, est une femme du peuple, pulpeuse, belle, excitante, un rien vulgaire mais très féminine  y compris jusque dans ses mensonges et trahisons. Chauvine, ignorante du reste du monde qui commence aux collines d’Allauch, elle campe ferme sur ses positions de 2600 ans.

Depuis longtemps elle est la victime souffre-douleur préféré de politiques complexés qui voudraient faire d’elle une blonde chic genre white european … Marseille a trop souvent été menée par des hommes indignes d’elle, qu’elle avait choisis certes, mais dont elle n’avait deviné  ni la veulerie ni la violence et encore moins le mépris avec lequel ils allaient la traiter.  Cependant dans son histoire elle s’est toujours battu contre ceux qui venaient d’ailleurs ou ce qu’ils voulaient lui imposer. Cet immobilisme, ce repli entre ses murs, ne sont pas des facteurs de développement, mais ils ont lentement forgé sa personnalité, sa statue (et non stature,  té elle a une figure Marseille!) et son identité ; cette rigidité lui a permis d’absorber des populations arrivant en masse en situation de détresse.

Aujourd’hui on a bougé les lignes, Marseille peur devenir une furie.

Sur France Culture hier soir un intervenant évoquait ce qui est beau à Marseille ;  curieusement, il  détestait les monuments les plus aimés des Marseillais, ceux qui dessinent la belle image de la ville dans l’esprit de ses citoyens  « populaires » : l’escalier de la gare St Charles « parce qu’il est associé à la période coloniale », la cathédrale « néo byzantine » d’Esperandieu construite de symboles d’union entre les religions du Livre ; il n’a pas cité le Palais Longchamp qui célèbre l’arrivée de l ‘eau à Marseille, ni le Palais du Pharo construit pour deux nuits de l’impératrice Eugénie partant inaugurer le canal de Suez… Il n’a pas parlé non plus de la mairie de Pierre Puget dans laquelle on a oublié tout simplement l’escalier… Mais de citer l’abbaye de St Victor (très belle) où les vieux provençaux modestes disaient  renifler le sang des nombreux crimes commis en ses murs…
Ah !  pour l’étranger, rien à voir avec les monuments d’Aix ou d’Arles.

émotion et culture spécialités populaires marseillaises

Pourtant, à Marseille, tout est dans l’émotion, une émotion allumée non par la nature, les ouvrages de l’homme ou les constructions de l’esprit, mais par les moments de la  vie  du citoyen ordinaire. Dans les rues de Marseille on lit sur chaque façade l’histoire de celui qui la fait construire l’édifice. Tout cela change avec la destruction de constructions anciennes sans discernement, avec la » bétonisation » d’un Vieux-Port vidé de sa vie réelle, avec la réalisation d’un « front de mer » modernisé, dont on nous dit qu’il aura sur 1,8 km de long plus d’espaces culturels que nulle part au monde..
La culture à Marseille, c’est pourtant une spécialité très  populaire : il y a dans cette ville des dizaines de petits théâtres,  petites troupes, compagnies, d’excellent niveau mais pauvres comme Job. Qui  va à leurs spectacles ? Des gens modestes ou des atypiques. Il n’ y a pas de places offertes, alors sortir entre 2 et 8 euros  fend certains coeurs de sucre ou d’huile.  On aurait pu espérer que l’année « capitale européenne de la Culture » allait les vivifier… Tout le contraire ! Avec la modification en  cours du schéma directeur culturel et la mise en place d’une politique culturelle figée, ces troupes, compagnies et lieux n’ont pas eu leur place dans cet événement et disparaissent peu à peu.
Idem pour la musique dont l’offre est d’une incroyable richesse, sauf peut-être dans le domaine classique trop accroché au système officiel. Dans  toutes les autres musique, Marseille est un formidable chaudron d’inventivité, un centre  de rencontres, d’échanges et de jubilation. Seul hic et de taille : là encore les lieux, groupes, formations sont livrés financièrement à eux-mêmes c’est à dire confinés dans un lazaret où ils meurent de leur belle mort, en silence, sauf pour les plus chanceux qui ont pu s’expatrier.
Les nombreux et excellents festivals tiennent à coup de subventions, ce qui en contre partie les oblige à bloquer des invitations gratuites (sauf le  GMEM centre national de création musicale pourtant subventionné mais sans doute pas clientéliste).
La peinture, le design ? Là encore de jeunes talents que l’événement 2013 ne devrait pas toucher.
Autrefois on disait que la pauvreté favorisait la création artistique …De nos jours elle la tue.

Marseille se sent violée par cette année de la Culture, dont the ordinary  artist  et poeple est tenu éloigné. Alors, fin 2013 : divorce  ?   Il y a un gap entre la rue et la bourgeoisie, il y a un gap entre le ressenti local et la vision « parisienne »  et il y a un gap entre les élus locaux et la Culture.
On verra ce que nous réserve la programmation qui à la veille de l’ouverture  est encore bien floue. Je ne demande qu à en jouir.

 

  • Ecoutez  Capitale de la rupture par Keny Arkana

 

Marseille,Marseille,Marseille,Marseille…

keny:
centre ville,M.A.R.S, pas besoin de présenter ma ville ca rappe depuis les premières heures, microphone branché à vif ca rappe dans tous les coins, se rappelant du rap d’hier 3ème génération d’Mc’s, arrive déjà la 4ème identité Marseillaise, ni New York, ni Atlanta nous, on reste fidèle à nous mêmes, on attend pas, nous on s’en bat on garde l’honneur des gens d’en bas, énervés ou nonchalants trop sincère, le numéro 1 s’appelle à jamais Luciano Marseille, Marseille, a toujours fait vibrer la France fut un temps où tout l’Hexagone rappait même avec l’accent j’en place une pour les absents, puis une autre pour tous nos anciens tu dis qu’on chiale, toi ? mais ferme-la, et colle ta tête aux enceintes! Nous, on rappe avec des principes la main sur le cœur avec des principes et j’insiste, car dans dans ce biz, trop de frères qui vacillent faire le fou c’est facile, rester vrai c’est fragile M.A.R.S c’est magique, un peu de cœur qui enraye la machine

refrain
tu verras pas venir le coup d’éclat
l’école du rap de Mars te fout des claques
qui a dit que le rap du sud était mort?
ici le flux est énorme
1.3, centre ville, quartiers sud, quartiers nord

kalash l’afro:
Marseille atterrit dans les charts, revoilà le vaisseau spacial ya ceux qui restent et ceux qui partent, nous c’est du vrai son de spartiate c’est notre Histoire qui parle d’elle même, bselmek a vouloir faire du fric, mon frère, on s’est foutu dans qu’elle merde ? Des balles envoyées pêle-mêle, le son c’est la cour martiale les MC’s cherchent la somme, la vie de rêve, le jeu du Barça en face d’Alger et de Casa, de ceux que ceux qui gouvernent ignorent trafic et western union, miracles et destins ignobles rien à prouver à personne, faut juste répéter les coups que ceux qui viennent pas nous péter les couilles! Eh couz,micro ouvert, j’compte rester jusqu’à plus d’heure chez nous, même les voyous ont du respect et de la pudeur je suis de ceux qui boxent avec les crocs, comme monsieur bors avec les mots j’traite pas avec les flûtes, avec les toxs, avec les faux j’vide mon chargeur, vacciné et majeur, Marseillais et rajeul,de ceux qui savent rimer en levant le majeur

rpz:
tu peux pas test l’esprit rebelle, pour la ville nos écrits se lèvent a l’heure où ceux qui touchent des primes se taisent fuck ceux qui méprisent le 13 j’dédie ce texte à la ville à part, cité marginale mise a part que de la ruse, elle est la capital ma ville fout la haine aux normes attirante comme les phéromones bouillante comme le vélodrome et beaucoup plus ancienne que Rome sais-tu seulement d’où vient la dimension identitaire de l’indépendance vécue à travers quelques millénaires une longue histoire d’immigration, un autre œil sur l’horizon subissant intimidation,orgueil et trahison a l’époque d’Hitler,ou à celle des rois tout rose elle a toujours levé un doigt aux bérets et aux couronnes en ce moment ça part en couille, ça parle en douille dans la zone comme partout ça cartonne pour de la monnaie tout pour les grosses structures,rien pour le mystère la capitale de la rupture, c’est pour 2013 !

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire!

Ajouter votre commentaire ci-dessous, ou trackback à partir de votre propre site. Vous pouvez aussi Comments Feed via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

Vous pouvez utiliser ces balises:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Il s'agit d'un Gravatar-enabled. Pour obtenir votre propre mondialement reconnu-avatar, s'il vous plaît vous inscrire à Gravatar.

Entrer le code captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.