Lu de-ma bibliothèque »

28 septembre 2016 – 14 h 37 min |

La dictature de l’algorithme, vade retro Facebook !
  
Cet automne, ma parano saisonnière est revenue ! Mais je vais en guérir, je sais d’où elle vient ! C’est la faute, non pas à Voltaire ni …

Lire l'article complet »
Lu de-ma bibliothèque

Plaisirs et découvertes d'une volumineuse bibliothèque familiale en plusieurs langues. Partage de textes curieux ou intéressants dont certains seront à vendre.

L'air du temps

Billet d'humeur sur le quotidien d'une vie. Où il sera question des plaisirs, découvertes et détestations, du mot et de l'image dans tous leurs états, des arts plastiques de la musique et de la nature. Sous Licence Creative commons

A vendre livres Vieux papiers

Livre et vieux papiers de la bibliothèque familiale à vendre. Intéressants par leur contenu en plusieurs langues, Demandez, je saurais si j'ai ce que vous cherchez ; mais il faudra me laisser le temps de trier et trouver. Pseudo sur le bon coin : greniercurieux.

Inédits ou épuisés en ligne

Des ouvrages inédits, ou épuisés comme le roman "Le feu sacré", roman d'aventure initiatique sur le feu de forêt à lire sur votre écran.

Heureux les orphelins stériles

Heureux les orphelins stériles ! Une saga familiale inédite, à suivre en ligne sous forme de feuilleton. Site sous creative commons.

Accueil » L'air du temps

Extraterrestre, la Galerie 113 de Philippe Guicheney

Soumis par sur 1 février 2012 – 16 h 26 min

Galerie 113 pr bog 2 Castelnaudary exposition Eitan Kirin Juandez, Agnes Canuto,  Baenas, Michel Gornes, Jeeka, Fatiha  el Hadi, Henri Terres

A Castelnaudary, à la Galerie 113 de Philippe Guicheney, les arts plastiques contemporains sont à l’honneur grâce à quelques artistes, amateurs et connaisseurs. Ces passionnés font éclore des talents, partagent leurs découvertes et leurs plaisirs dans un autre domaine que le traditionnel (et délicieux) cassoulet. Installée dans le vieux Castelnaudary quasi à l’abandon, la Galerie113 est un corps vivant,  un corps d’extraterrestre et d’extraterrestre révolutionnaire. Elle fonctionne sans aucune subvention et a reçu en 2011 deux mille huit cents visiteurs ! Etonnant dans cette ville culturellement endormie !

Présenter des formes originales et nouvelles d’expressions artistiques-peintures et sculptures pour le moment- résolument contemporaines voire anticipatoires bien que directement accessibles aux yeux et aux cœurs de tout le monde, c’est le défi de Philippe Guicheney, ancien antiquaire, amateur d’art et ami de nombreux artistes en France et ailleurs.

 » Guicheney, agitateur culturel « , a titré il y a quelques mois le journal local…Les agitateurs ont toujours précédé les révolutions. De bon augure donc avec l’ouverture récente de la nouvelle, seule et courageuse, vraie librairie de la Castelnaudary (La Petite Plume), dans une transformation progressive de la ville en cité dortoir et désert culturel malgré ses théâtre, médiathèque, salle polyvalente, et ses associations actives …mais pauvres ; fermé le dernier cinéma tenu par un cinéphile ; installés à Bram le Laboratoire d’archéologie et la Maison de l’archéologie (bientôt Musée), et bientôt dans un village voisin le musée de la poterie, refusé par la capitale du cassoulet. Mais ceci est un autre sujet.

A la Galerie 113, le choix des artistes à exposer se fait par un jury d’artistes reconnus qui n’exposeront pas eux-mêmes dans les lieux pour conserver leur libre arbitre. Seule exception cette année, celui qui a suivi Philippe Guicheney depuis le début de l’aventure : Henri Terrès, sculpteur sur bronze et métaux divers, céramistes, peintre (et depuis peu écrivain), dont la notoriété a dépassé le Landerneau local, exposera avec Fatiha El Hadi -une trempe particulière que cette artiste !-  du 6 juillet au 17 août.

Un beau programme pour 2012.

 

Juandez trio

Juandez sans titre détail

Juandez du 3 au 24 février. Juandez, né peintre selon Henri Terrès, vit et travaille dans les Corbières audoises. Il définit ses travaux comme  » issus d’une réflexion libre et intuitive ». De parents andalous, il est né, semble-t-il, avec l’héritage pictural du pays de ses géniteurs.  » Ma création, dit-il sur son blog, est un univers entre figuration et abstraction. Je sollicite l’imaginaire et le ressenti, un espace où le dialogue peut s’engager ». En tous cas, les femmes couchées sur papier par Juandez sont très évocatrices et sensuelles, j’ai eu envie de les toucher, le même élan spontané que vers les sculptures de femmes de Roselyne Conil.

Que nous présentera Agnès Canuto du 9 au 30 mars ? Connue comme peintre collagiste qui avoue comme base de son travail « une grande campagne de recyclage », sur son blog elle précise n’utiliser « que les prospectus qu’elle trouve dans sa boite aux lettres », comme Pascale Labat encore méconnue (« en Roul Libre » de son nom d’artiste) dont je vous parlerai bientôt. « A chaque rayon son sentiment, dit Agnès Canuto ; tout y est propice à exalter toutes les passions, tous les désirs , toutes les souffrances, toutes les frustrations…Parfois écorchée jamais cynique, la lecture de mon travail est immédiate comme un clin d’œil « . A voir donc !

Michel Baenas du 6 au 27 avril. Inconnu pendant des années où il n’a cessé de travailler et d’accumuler ses œuvres, les collectionnant pour lui-même. Un jour il a été découvert ; sa collection apparue, il est aujourd’hui répertorié et suivi par Art Price. Le peu que j’ai vu de lui est étonnant ; je ne saurai décrire traduire ses tons chauds et savoureux et ses tableaux pétillants que par ces expressions gourmandes.

Jeeka du 4 au 25 mai ; pour moi à découvrir car sans doute plus riche que comme  » simple épouse de Eitan Kirin « . Attendre  le joli mois de mai pour en savoir plus. Au sujet de son artiste d’époux, que je n’ai découvert qu’à travers le site de la Galerie113 lorsqu’il y fut exposé, j’aime beaucoup ses créations seul mais pas celles réalisées en commun ; pendant trente ans il a travaillé avec d’autres artistes sur une même toile et j’ai moins aimé les résultats de ces collaborations que sa  création personnelle.

Michel Gornes du 8 au 29 juin. Alors là, je vous invite à explorer ses peintures  » klimtesques » ? et ses créations numériques, parfaitement léchées ; en revanche, à mon goût, les photos que j’ai vues sont trop figuratives et trop faites à la macro. Un homme à ne pas lâcher cependant dès lors qu’on l’a découvert.

Fatiha El Hadi/Henri Terres du 6 juillet au 17 août…Ce sera sans doute la surprise après l’exposition de Fatiha en 2011 et quand on connaît le travail d’Henri Torres –je l’adore, promis il aura son papier.

Puis viendront Victoria Milroy du 7 au 29 septembre ; Danielle Gallois du 5 au 26 octobre ; Sophie Bacquié du 9 au 30 novembre et Joshua du 7 au 29 décembre. On en parlera au prochain numéro.

  •   Galerie 113 au 22 rue de l’Horloge 11400 Castelnaudary Tel 0688543833 http://galerie113.blogspot.com
  • Henri Terres  » La mauvaise herbe  »  éditions Les Presses littéraires Oct 2011
  • Librairie La Petite Plume rue de l’Horloge  11400 Castelnaudary (accueil charmant par un vrai libraire connaissant et aimant son métier) mail librairie@lapetiteplume.info

Fin de ma rubrique «cassoulet de Castelnaudary, qui m’est inspirée par mon aïeule Vénus (in « Heureux les orphelins stériles « )

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire!

Ajouter votre commentaire ci-dessous, ou trackback à partir de votre propre site. Vous pouvez aussi Comments Feed via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

Vous pouvez utiliser ces balises:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Il s'agit d'un Gravatar-enabled. Pour obtenir votre propre mondialement reconnu-avatar, s'il vous plaît vous inscrire à Gravatar.

Entrer le code captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.